l'extraction du miel de printemps

Publié le par apinews

La récolte n'est pas terrible pour le moment, les acacias n'ont pas eu de bonnes conditions météos et beaucoup avaient pris un coup de gelées. Il y aura tout de même un peu de colza. Voici quelques photos du matériel d'extraction que j'utilise, parfois un peu vieux, mais finalement , ça marche!

désoperculation à la machine

D'abord, la machine à désoperculer à fléaux, un peu bruyante mais bien pratique,

Ensuite le bac décanteur qui permet de filtrer une bone partie des opercules, et à côté l'extracteur

 

P1100305l'extractionbac decanteur.

Le miel est ensuite pompé jusqu'a

remplissage des futs

un fût ou il est filtré à travers un tamis. Les particules qui arrivent encore à passer, seront enlevées au moment d'écumer le fût.

 

 

 

 

 

Pour le miel de colza qui cristallise très vite, je l'ai brassé légèrement pour l'assouplir, car je n'étais pas sûr que ma pompe doseuse le prenne (une "swienty", très efficace achetée récemment, et qui facilite vraiment la mise en pot). Du coup il a une super texture crémeuse.

melangeur à miel

 

 

 

 

Pour les opercules, cette année, n'ayant pas la trésorerie pour investir dans une centrifugeuse, je les laisse égoutter, puis le lendemain je les presse avec une presse hydraulique artisanale et c'est très efficace. C'est juste ...un peu long....

 

mise en pots

 

 

Cette semaine, je vais aller vérifier tous les essaims artificiels pour vérifier la ponte des reines, finir de récolter le miel de printemps, et puis préparer les emplacements pour les transhumances sur châtaignier et bruyère erica. Et si j'ai le temps, aller voir quelques fourgons à vendre, un peu plus gros que celui que j'ai, voire un petite plateau, mais ça ne court pas les rues.Voilà, voilà!

 

 

Publié dans journal de bord

Commenter cet article

Fourcade 29/05/2012 10:37


Bonjour, possible d'en savoir plus sur le pressoir hydraulique artisanal, éventuellement quelques photos?


Merci

apinews 17/06/2012 23:41



Bonjour,


je viens de m'apercevoir que j'avais un commentaire.....


La presse que j'utilise "envoie" 15 tonnes de pression, genre presse de mécano et je l'utilise d'abord pour pour transformer la châtaigne. Le vérin est muni à sont bout d'une sorte de piston qui
s'emboite sdans une grosse casserole perforée comme une passoire.


Je mets le s opercules dans une étamine en nylon, je presse, le miel coule et je récupère un pain de cire ou il reste encore un petit peu de miel mais c'est largement acceptable.


Le problème, c'est que ma casserole perforée est vraiment trop petite par rapport au volume d'opercules à passer , mais on s'en occupera l'hiver prochain.


Sinon pour la presse , un peu de ferraille, un bon vérin trouvé sur le bon coin, un distributeur hydraulique et une pompe de bx, et voilà..